L'EXPOSITION

L’exposition est placée sous le Haut Patronage de Leurs Majestés le Roi Albert et la Reine Paola

L’exposition vise à dresser un panorama de la production picturale bruxelloise à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle, à l’époque où la ville était en plein essor, les ducs de Bourgogne ayant élu le palais du Coudenberg comme résidence favorite.

Lorsque Van der Weyden meurt en 1464, il laisse à Bruxelles un atelier important qui devait compter plusieurs collaborateurs. Aucun n’est identifié, à l’exception de son fils Pieter à qui on ne peut attribuer aucune œuvre. La présence de Hugo van der Goes au prieuré de Rouge-Cloître vers 1475 jusqu’à sa mort en 1482, a aussi joué un rôle important.

De très nombreux peintres sont mentionnés dans les archives bruxelloises mais, si l’on excepte Aert van den Bossche et Jacop Sourdiaus, aucun tableau ne peut leur être rattaché. Dans leur très grande majorité, les peintures conservées sont anonymes. En partie pour cette raison, elles n’ont retenu l’intérêt que de quelques spécialistes.

Pourtant, par leurs apports spécifiques, leur volonté de poursuivre une tradition prestigieuse tout en cherchant de nouvelles voies, les peintres de Bruxelles de la fin du XVe siècle ont proposé des solutions originales tant dans l’organisation spatiale des tableaux, que dans le développement expressif et narratif. En répondant aux nombreuses commandes de la cour, des prélats, des nobles, des grands marchands étrangers, du clergé et du patriciat qui gravitaient dans le sillage des ducs de Bourgogne, ils ont contribué à faire rayonner la peinture bruxelloise bien au-delà des limites de la ville et ont ouvert la voie au renouveau des années 1520 incarné par Bernard van Orley.

 

Fermeture définitive de l'exposition 'L'Héritage de Rogier van der Weyden'  à partir du vendredi 22 novembre 2013