Colyn de Coter Premières peintures signées à Bruxelles

Les plus anciens exemples de tableaux signés connus pour Bruxelles sont dus à Colyn de Coter.

Dans les peintures du XVe siècle, les signatures – très rares – n’étaient pas tracées de l’écriture personnelle de l’artiste. Leur belle calligraphie constituait un élément décoratif de la composition. Elles étaient apposées sur le cadre ou sur le champ du tableau ou encore dans la bordure d’un vêtement. C’est le cas dans La Vierge couronnée par les anges de Colyn. On a l’impression que ce n’est pas l’artiste qui signe mais bien l’œuvre qui proclame sa paternité : « Colyn de Coter pingit me in B… Bruccelle ».  (Colyn de Coter m’a peint à Bruxelles en Brabant). Bruxelles est explicitement mentionné : l’artiste était fier de sa ville où il occupait probablement une position en vue. Il y dirigeait un atelier important qui comptait de nombreux collaborateurs et participait à des entreprises d’envergure, comme la réalisation de volets peints pour de grands retables sculptés, ou de cartons pour des tapisseries.

Il faudra attendre Bernard van Orley et les peintres de la génération suivante pour que les signatures apparaissent un peu plus fréquemment dans les tableaux.