Hugo van der Goes et Bruxelles

Hugo van der Goes fut maître à la gilde des peintres de Gand en 1467. Vers 1475-76,  il s’installe au prieuré de Rouge-Cloître, près de Bruxelles, où il meurt en 1482. Considéré comme un peintre gantois, son importance à Bruxelles a été sous-estimée.

La chronique du moine Gaspar Hofhuys raconte que « frater Hugo » a poursuivi son activité de peintre au prieuré. Il y jouissait d’une renommée telle que l’empereur Maximilien lui a rendu visite. Au XIXe siècle, dans un contexte romantique, ses accès de folie décrits par Ofhuys ont sans doute été exagérés.

Le style de Van der Goes a marqué plusieurs peintres actifs à Bruxelles. La recherche d’expressivité et l’emphase gestuelle qui le caractérisent se retrouvent chez le Maître de la Vie de Joseph, qui s’est en outre inspiré de ses compositions, ainsi que chez Aert van den Bossche, qui fut peut-être un des collaborateurs de Hugo. Les portraits du Maître des Portraits princiers, moins idéalisés que ceux de Rogier, lui sont aussi redevables.